• Poste de radio

Mots clés

Fonds Hermann ➔ Poste de radio

Collection scientifique et technique

Identifier:
2001.687.1
Description
Poste de radio de marque Radiola, fonctionnant avec 6 ampoules, permettant de diffuser les voix et la musique.;La mise en place de la radiodiffusion va inventer un nouveau mode d'information. En France, les premières Radio commencent à émettre vers 1922, à Paris puis dans les grandes villes de province.
Alors que les techniques de réceptions se perfectionnent, la radiodiffusion s’organise. Radio-France exploite depuis 1921 une liaison internationale par TSF pendant que sa filiale, la "Société Française Radioélectrique" (SFR) construit des postes récepteurs sous la marque Radiola. Afin de pouvoir les tester, elle diffuse des émissions expérimentales consistant à diffuser en boucle un disque : "Chanson Triste" de Henri Duparc.
Début novembre 1922 la première émission de radio est transmise par Radiola. Dès lors, les émissions musicales, animées par le speaker dit Radiolo  sont diffusées quotidiennement de 20 h45 à 22h. En mars 1924 Radiola devient Radio-Paris.
L’invention de la lampe de radio par le savant franco-américain, Lee de Forest (1873-1907) va faciliter la transmission de la voix et de la musique.
Usage / Utilisation
Les premiers modèles de postes de TSF des années 1920 à 1930 sont équipés de 3 lampes et sont alimentés sur piles ou sur batteries. Dès 1926, les 3 lampes (triodes) extérieures et volumineuses sont remplacées par une mono-lampe placée à l’intérieur du récepteur, les postes deviennent peu à peu plus élégants. Toutes les composantes du poste tiennent alors dans une grosse boîte en bois qui prend le nom d’« ébénisterie ». Il suffit, pour faire fonctionner l’appareil, de le brancher sur une prise de courant. Une antenne, posée à côté du poste capte les stations. A la campagne, les veillées entre voisins laissent place à l’écoute des émissions radiodiffusées chez les personnes qui ont les moyens de s’offrir un poste. Pendant longtemps, il est un objet de décoration, signe extérieur de richesse, tout autant qu’un moyen de se tenir au courant des nouvelles du monde. Grâce aux progrès technologiques réalisés pendant la seconde Guerre mondiale, les composants se miniaturisent réduisant ainsi le volume des postes. Les constructeurs et designers diversifient les formes à l’aide de nouveaux matériaux, la bakélite et les matières plastiques qui concurrencent le bois.
Rights
;Ecomusée Paysalp / département de la Haute-Savoie;Fonds Hermann/ collection département de la Haute-Savoie

Avec la participation des communes adhérentes au Réseau Patrimoines et Territoires de l'écomusée PAYSALP et le soutien de :