Longitude : 6.36019
Latitude : 46.11754
Altitude : 737m

Agrandir
 
Retour résultat
 

Fruitière de Faucigny

suiv. » « prec. Imprimer Commentaire
 

Faucigny - Type : Architecture rurale  |  Fruitière

Description :

En 1909, des paysans décident de se regrouper pour diminuer leur charge de travail et d'assurer un revenu régulier : la fruitière de Faucigny est née. Elle est fondée par 52 paysans et exploite le lait de 87 vaches. Une porcherie est construite à côté : les cochons sont nourris avec le petit lait.

Le fonctionnement de la fruitière repose sur un règlement strict : les sociétaires doivent payer 93 francs par vache pour financer la construction de la fruitière et de sa porcherie, le lait doit être apporté deux fois par jour à heures fixes et toute fabrication de beurre ou fromage hors de la fruitière est interdite.
La constitution prévoit également des sanctions pour les agriculteurs qui coupent leur lait avec de l'eau afin d'en augmenter la quantité.

La Société Fruitière se compose d'un conseil administratif de 10 membres environ qui sont élus chaque année. Il y a donc un président, un vice-président et le secrétaire-trésorier qui assurent le bon fonctionnement de la fruitière. La même organisation existe toujours aujourd'hui.

Le fruitier est l'employé des agriculteurs et est chargé de faire le fromage. Avant le reblochon ou la tomme, la fruitière de Faucigny fabriquait le beurre et l'emmental sous forme de grosses meules de 80 kilos. Il pouvait être aidé dans son travail par un commis-fruitier. Il est également chargé de peser le lait que les porteurs amenaient dans des boilles de 30 à 40 litres, deux fois par jour. Il marquait le poids sur le carnet au nom du porteur et le paiement s'effectuait à la fin du mois. Le lait est alors un moyen de gagner un peu d'argent.

Mais le prix du lait, parfois très bas, poussait certains agriculteurs à cultiver du blé et de l'orge qu'ils vendaient à une coopérative de Bonneville, ou de l'avoine vendue comme nourriture pour les chevaux pour s'assurer quelques revenus supplémentaires.

Chaque fruitière avait une estampille : tous les fromages portaient la marque du village.

En 1985, les quotas sont imposés. Si un porteur amenait trop de lait, il payait des pénalités. De même s'il en apportait moins.
En 1988, la fruitière ferme ses portes, la commune n'ayant plus que 11 porteurs de lait.

Source : Article « Inventaire du patrimoine bâti ou remanié entre 1815 et 1914 dans le canton de Bonneville », GUFFOND Christophe, 1998, consultable à la Maison de la Mémoire sous la côte : DD194, 914.44 FAU

Témoignages : François GAY et Bernard CHATEL

Article « La fruitière : toute une vie ! », GAY Florence, Le Petit Colporteur, n°13, 2006, pages 23 à 27.

Documents associés :   1 image(s)


Voir l'image FAUCIGNY, chef-lieu, Fromagerie dite fruitière

Photographie en noir/blanc de la fruitière de Faucigny, au chef-lieu, prise en 1995. Cette fruitière date de 1927. Plus d'informations dans l'étude de Philippe DETURCHE, Les Fruitières Histoire d'un

Voir la fiche détaillée