10458 document(s) trouvé(s)

Nouvelle recherche Retour résultat
 

Famille MEYNET, départ pour l'Argentine

Suivant »

2573/10458

« Précédent Commentaire
 

Description

Photographie prise avant le départ pour l'Argentine de toute la famille MEYNET, dite "à Daude" (7 frères et les femmes, enfants et leur mère). Debouts - Julien, Louis, François, Claude, Joseph, Camille, Ferdinand. En dessous - Marie, Jacqueline, Marie-Josette FAVRAT leur mère (1831) et Rose

Période : 19ème

Témoins et/ou personnes à l'image : Julien, Louis, François, Claude, Joseph, Camille, Ferdinand. En dessous - Marie, Jacqueline, Marie-Josette FAVRAT leur mère (1831) et Rose MEYNET

Fonds documentaire : Paysalp

Visualiser le diaporama

Caractéristiques du document


Cadre : Familial
Domaine : Vie sociale - Transport, déplacement - Société - Habillement, costume

Informations supplémentaires


Type de collecte : scolaire
Collecteur : Instituteur de l'école de Bellevaux
Lieu de collecte : Bellevaux
Date de collecte: 06/04/2010
Type de support : Photo
Libre de droit : Libre de droit signifie que le document est tombé dans le domaine public Non
Lieu de conservation : Privé



Patrimoine associé


Titre : Colporteurs et émigration
Description : Dans la vallée du Risse, le phénomène de l'émigration, très répandu dans tout le Faucigny, a touché particulièrement Onnion et Mégevette. Cela concerne essentiellement les hommes. Ils partaient vendre leurs services à la ville où ils devenaient maçons, tailleurs de pierre, domestiques, cafetiers ou encore hommes à tout faire. Beaucoup étaient également colporteurs, ces marchands ambulants qui partaient à pied, vendre leurs marchandises, pour l'essentiel des produits de la mercerie, des lunettes, des graines. Ils ouvraient leurs balles pleines de vêtements, de tissus ou de bijoux sur la place du village où ils arrivaient ou proposaient leur contenu de maison en maison.
A Mégevette, les affûteurs et les rémouleurs furent particulièrement nombreux: à la fin du XVIIIe siècle, la moitié des émigrants du village sont rémouleurs, installés en Suisse ou en Allemagne. Car, si l'émigration est saisonnière, certaines familles s'installent définitivement à l'étranger, en des contrées parfois lointaines. Ainsi, François Martin, émigré à Staufen, en Allemagne dans les années 1680 accède au rang de bourgeois de la ville. Le périple de ces migrants les entraîne bien au-delà des frontières de l'Europe, vers l'Amérique du Nord ou l'Argentine. En Crimée, une famille de Mégevette est à l'origine d'un commerce d'orge. En Perse, un Févellaz fait du commerce dans les années 1740.

Fiche détaillée du patrimoine