10344 document(s) trouvé(s)

Nouvelle recherche Retour résultat
 

Epicerie GALLAY à Mieussy

Suivant »

8985/10344

« Précédent Commentaire
 

Description

Carte postale représentant une vue extérieure de l'épicerie GALLAY. Ce cliché daterait de 1932. Ce commerce a été démoli de façon à élargir la route de Sommand.

Période : 20ème

Témoins et/ou personnes à l'image :

Fonds documentaire : Paysalp

Visualiser le diaporama

Caractéristiques du document


Date création : 1932
Langue dominante : Français
Nature : Autre
Cadre : Commercial
Domaine : Architecture, construction - Habillement, costume - Espace, environnement - Commerce services

Informations supplémentaires


Type de collecte : scolaire
Collecteur : Collecteur privé
Lieu de collecte : Mieussy
Date de collecte: 03/03/2015
Type de support : Carte postale
Libre de droit : Libre de droit signifie que le document est tombé dans le domaine public Non
Lieu de conservation : Privé



Patrimoine associé


Titre : Epicerie Gallay
Description : Située en face de l'église, sur la route de Messy, une épicerie créée par Basile Gallay, né en 1862, à La Côte d'Arbroz, avec son épouse née Elise Delale en 1858 à Mieussy. Il est déclaré négociant au Chef-lieu en 1908. Dans cette petite épicerie, on trouvait de tout, au détail, rien n'était en boîte ou en sachet mais en gros sacs et vendu au poids. (Farine, polenta, café vert à griller) Le sucre s'achetait en pain (bloc à casser au marteau). Sur une étagère, une dizaine de bocaux en verre avec un couvercle à vis, avec toutes sortes de bonbons différents qui faisaient le délice et la joie des enfants. C'est Louise Gallay fille qui continue la tenue du magasin. Les friandises étaient rares, quelques centimes gagnés, quelques bonbons achetés après le catéchisme ou la sortie de l'école, mais surtout les jours de fêtes. Les anciens ont encore en mémoire le goût et la saveur des petits pains d'épices en forme de coeur, (ils n'en ont jamais retrouvés de pareils à ceux de leur enfance) qu'ils achetaient chez la petite Louise comme elle était appelée. Elle vendait aussi de la petite mercerie, bonneterie et plusieurs sortes de laines à tricoter.
Dans un petit coin de la cuisine, Mademoiselle Louise Gallay servait quelques verres les jours de sépultures.

Fiche détaillée du patrimoine