Longitude :
Latitude :
Altitude :

Agrandir
 
Retour résultat
 

Eglise de Saint-Julien de Brioude

suiv. » « prec. Imprimer Commentaire
 

Saint-Julien-en-Genevois - Type : Architecture religieuse  |  Église

Description :

En 1860, à l'occasion de l'Annexion à la France, le bourg de Saint-Julien-en-Genevois devient français. Localité de passage à la croisée des deux grands axes nord-sud et est-ouest, Saint-Julien-en-Genevois est élevé au rang de sous-préfecture. L'ancienne église datant de 1701, étant jugée vétuste et exiguë, une nouvelle construction s'impose. Son numéro parcellaire actuel est le 46 et le 202 pour le cadastre français, dit Napoléonien, de 1871.

L'église de Saint-Julien de Brioude, construite pour l'essentiel entre 1862 et 1873, est l'oeuvre de l'architecte diocésain Ignace Monnet. En 1866 le choeur est béni par Monseigneur Claude-Marie Magnin, évêque d'Annecy. Louis Boymond édifie entre 1884 et 1886 le clocher. Quant à l'horloge, elle sera conçue par un horloger jurassien, Paul Odobey fils. Au début des années 1950 l'église montre des signes de défaillance : des fissures apparaissent sur les voûtes et sur les murs. La flèche du clocher s'inclinant, des tirants métalliques sont installés. En 1967, la Mairie mandate un architecte, Gérard Crotte, pour effectuer une expertise et évaluer les coûts des travaux de consolidation. Il arrive à la conclusion qu'une destruction partielle permettrait d'avoir une église totalement rénovée et intégrant les recommandations du Concile de Vatican II, pour le même prix que les importantes réparations en vue d'une restauration.
En 2004, suite à la découverte d'amiante, un nouveau groupe d'architectes est mandaté pour résoudre le problème d'acoustique et de chauffage de l'église. Un abat-son est placé sur l'autel.

L'église de 1863 :
Il s'agit d'une église néo-gothique en croix latine avec un clocher porche de quatre niveaux surmonté d'une flèche hexagonale. Le clocher comporte sur sa face frontale une horloge et une grande baie géminée sous un oculus quadrilobé. Un garde-corps ajouré muni de quatre pinacles aux angles couronne ledit clocher.
La nef de l'église comporte le vaisseau central en deux bas-côtés. Une entrée secondaire prend place dans chaque bras du transept saillant. Le choeur à chevet polygonal est percé de cinq baies géminées surmontées chacune d'un oculus quadrilobé. A droite de l'autel se trouve la sacristie qui dispose d'une entrée propre avec un escalier extérieur.
Un système de voûtes quadripartites nervurées assure la répartition des charges du couvrement. Les voûtains sont peints en bleu avec des étoiles. Les murs de l'église sont peints d'une couleur ocre agrémentée de fleurs de lys. A la croisée de la nef et du transept se trouvent la chaire et, de part et d'autre des bas-côtés, les fonts baptismaux et les confessionnaux. Enfin, deux escaliers permettent d'accéder à la tribune et au clocher.

L'église de 1967:
Après travaux subsiste le clocher porche, le reste étant soumis à d'importantes modifications. Une immense toiture en Eternit, ajourée de dix lucarnes triangulaires, recouvre aujourd'hui l'édifice en lui procurant une physionomie nouvelle, dissimulant sa structure néo-gothique. L'ensemble des façades a été couvert d'un crépi beige. L'entrée de l'église est bétonnée d'un sas moderne qui englobe l'ancien clocher. Celui-ci conserve sur sa face frontale l'horloge et la baie géminée avec son oculus quadrilobé.
Intérieurement le bâtiment présente aujourd'hui une nef unique terminée par le choeur, encore éclairée par les anciennes portes et fenêtres ornées de vitraux. Pour séparer le choeur de la sacristie un système de cloisons a été installé. L'autel est surélevé par une série de trois marches. Enfin une petite chapelle a vu le jour derrière la sacristie contre le chevet polygonal.

L'église en 2004 :
Outre le désamiantage, un abat-son a été posé en dessus de l'autel. Le couvrement intérieur a été changé ainsi que l'accès à la sacristie.

Les pierres tombales de Monseigneur Paget, Evêque de Genève, et du révérend François de Vidonne de Villiers de Saint-Ange, curé de Saint-Julien, se trouvent dans l'église.

Source : NIGG Laurent - Université de Genève 2013
sous la direction de Mme Leïla EL WAKIL

- Archives diocésaines,
o Demandes de subsides et correspondances 1867-1881
- Archives départementales de Haute-Savoie,
o Acte de délibérations du conseil municipal concernant la commande, la réception et le montage de l'horloge, 1885-1886
- Archives communales,
o Rapport Socotec, 13.07.1967.
o Rapport concernant l'église de Saint-Julien, Deuxième solution, Gérard Crotte, 17.09.1967.
o Rapport de la commission diocésaine d'art sacré d'Annecy, Eglise Saint-Julien de Brioude à Saint-Julien-en-Genevois, 09.12.2003
- Cadastre français, dit Napoléonien, 1870
- Cadastre rénové, 1995
- Cadastre français actuel, 2012
Autres documents :
- JACQUET, Abel, Saint-Julien-en-Genevois, Histoire d'un bourg de province des origines à nos jours, Annecy, Imprimerie du Bugey, 1978.
- FAVRE, John, Saint-Julien-en-Genevois en images, Saint-Julien-en-Genevois, La Salévienne, 1997.
- SOREL, Christian (dir.), ROULY, Isabelle, Les églises reconstruites entre 1805 et 1905 dans les cantons d'Annemasse, Cruseilles, Reignier et Saint-Julien-en-Genevois, 2 vol., TER, Université de Savoie, 1998.
- SOREL, Christian (dir.), ROULY, Isabelle, L'iconographie des églises du diocèse d'Annecy au XIXe siècle (1805-1905), DEA d'histoire religieuse, Université de Savoie, 1999.

Documents associés :   2 image(s)


Voir l'image Quatre vues de Saint-Julien-en-Genevois

Carte postale en couleur de présentant quatre vues de Saint-Julien-en-Genevois: l'église Saint-Julien de Brioude, la sous-préfecture, et une vue aérienne. En 1967, après travaux subsiste le clocher p

Voir la fiche détaillée

 
Voir l'image Trois vues de Saint-Julien-en-Genevois et des monts Jura

Carte postale en couleur de présentant trois vues de Saint-Julien-en-Genevois: l'église, la sous-préfecture, et une vue aérienne. En 1967, après travaux subsiste le clocher porche, le reste étant sou

Voir la fiche détaillée