10064 document(s) trouvé(s)

Nouvelle recherche Retour résultat
 

Documents relatifs à l'aménagement du Prieuré de Peillonnex "De la cité de Calvin à l'arrière-pays"

Suivant »

7345/10064

« Précédent Commentaire
 

Description

Recueil de tous les documents préparatoires à l'aménagement du Prieuré de Peillonnex :
-historique du Prieuré
-saints
-panneaux de la chapelle sud
-généralités
-aménagement extérieur

Période : 21ème

Témoins et/ou personnes à l'image :

Fonds documentaire : Paysalp

Visualiser le diaporama




Caractéristiques du document


Date création : 2000
Auteur : PAYSALP
Langue dominante : Français
Nombre de page : 0
Nature : Autre
Cadre : Institutionnel
Domaine : Croyance religion - Architecture, construction

Informations supplémentaires


Type de collecte : centre_ressource
Collecteur : Collecteur privé
Lieu de collecte : Viuz-en-Sallaz
Date de collecte: 09/10/2014
Côte Dewey : PAY1PEI CLAS4
Type de support : Document d'information
Libre de droit : Libre de droit signifie que le document est tombé dans le domaine public Non
Lieu de conservation : Maison de la mémoire



Patrimoine associé


Titre : Prieuré de Peillonnex
Description : Le prieuré de Peillonnex apparaît en 1012, au moment où le comte Robert de Genève dote l'église et lui cède plusieurs terres. La fondation de l'établissement, où vivent six chanoines, est en fait beaucoup plus ancienne. Elle remonterait à l'évêque Gérold, qui vécut au Xe siècle, ce qui en fait un des établissements religieux les plus anciens de la région.
En 1156, le comte de Genève, Amédée Ier, donne Peillonnex à Abondance: le prieuré avec ses biens, ses possessions et ses chanoines, passent sous la dépendance et le gouvernement de l'abbé Burchard. Une phase de prospérité commence alors, selon la règle de Saint-Augustin. Les anciens bâtiments religieux, spacieux, se trouvent au sud-ouest de l'église. On ne communique alors avec l'église que par des galeries ou cloîtres qui le longent au midi.
En 1536, les Genevois pillent le prieuré et l'incendient. Une clef de voûte, aujourd'hui disparue, portant la date de 1555, atteste de réparations entreprises par un certain Jean de Saint-Jeoire. Le 26 juillet 1589, suite à la bataille qui oppose Bernois et Genevois contre les Savoyards, les bâtiments du prieuré sont dévastés. Seule l'église reste debout. Les bâtiments où vivent les chanoines sont définitivement perdus. Il faut attendre cent ans avant que la règle de Saint-Augustin soit rétablie. Si un des prieurs, Thomas Pobel, songe à relever l'établissement de ses ruines, les ressources ne le lui permettront pas.
Au XVIIe siècle, les bâtiments du prieuré sont dans un triste état. Leur restauration est demandée par le Sénat de Savoie et mise en oeuvre par des hommes d'Eglise zélés tels que Monseigneur d'Arenthon d'Alex. Les travaux sont achevés en 1679.

Fiche détaillée du patrimoine