Retour résultat
 

Attaque des vendanges de Bonne

suiv. » « prec. Imprimer Commentaire
 

Bonne - Type : Histoire  |  Guerre - conflit

Description :

Tout commence en 1590. A cette époque, Charles-Emmanuel, duc de Savoie, furieux de la nouvelle liberté de la ville protestante de Genève, tente de l'affamer. Les genevois font alors de petites excursions sur les terres savoyardes afin de se réapprovisionner en « picorant », c'est-à-dire en pillant un village ou en attaquant un château en mission éclair, ramenant presque toujours un butin.

Alors qu'il est temps de faire les vendanges, et fort du succès du pillage mené contre Jussy, il est décidé d'attaquer celles de Bonne, qui abrite quelques vignes genevoises. Le baron d'Hermance est prévenu la veille par un espion de Genève. Il passe alors le reste de la journée et la nuit à rassembler des hommes et à échafauder un plan pour cueillir les genevois et leur vin.

Ces derniers, au nombre de 300 et guidés par le baron de Conforgien, Guillaume de CLAGNY, arrivent enfin à Bonne. Ils récoltent sans aucune représaille, et se remettent en route pour leur ville où ils pensent déjà être accueillis en héros, sans aucune perte. C'était compter sans le baron d'Hermance ! Ses hommes embusqués sur le chemin du retour, en nombre supérieur (800 soldats), il était certain de sa victoire.
Mais le baron de Conforgien, fin stratège, réussit à disperser les troupes du Baron d'Hermance et lui tua 400 hommes, ce qui fut fatal aux savoyards.

Conforgien rallie Genève, où ses troupes sont accueillies comme il l'espérait : en héros. Le vin était à Genève, de même qu'un butin inespéré de 60 lances, 300 arquebuses et mousquets, 30 cuirasses, 20 chevaux et 30 casaques rouges, 100 prisonniers, moyennant seulement la perte de quelques hommes selon les écrits.

Source : - Article "Du sang et du vin au bord de la Menoge", récit de Jean-Claude MAYOR, source et date inconnues

- Ouvrage "Notes statistiques et historiques sur la Savoie", Paul CHAIX, Genève, 1840

Aucun document associé