10360 document(s) trouvé(s)

Nouvelle recherche Retour résultat
 

Destins d'affinités. Vallon et les indivisions de la montagne savoyarde de l'empire à la grande guer

Suivant »

5291/10360

« Précédent Commentaire
 

Description

Destins d'affinités. Vallon et les indivisions de la montagne savoyarde de l'empire à la grande guerre.1804-1914. Mémoire de DEA en Histoire Économique et Sociale à l'Université de Lyon II. Parsemant, sur plus de 12000 hectares, les hauteurs du département de la Haute-Savoie,
dispersées sur 36 communes, les indivisions « anciennes comptent une soixantaine de membres « vénérables » par leur âge, même si toutes n'ont pas obtenu leur « admission définitive dans l'honorable société des personnes morales ». Parmi elles, quatre contiennent plus de 750 hectares.
Les « indivis de Vallon » disposent de la plus étendue avec 1043 hectares.

Période : 20ème

Témoins et/ou personnes à l'image :

Fonds documentaire : Paysalp

Visualiser le diaporama




Caractéristiques du document


Date création : 01/01/1992
Auteur : DETURCHE Philippe
Langue dominante : Français
Nombre de page : 54
Cadre : Scientifique
Domaine : Communication, information

Informations supplémentaires


Type de collecte : centre_ressource
Collecteur : Collecteur privé
Lieu de collecte : Viuz-en-Sallaz
Date de collecte: 06/12/2011
Côte Dewey : ETU 5 306.3 DET
Type de support : Dossier documentaire
Libre de droit : Libre de droit signifie que le document est tombé dans le domaine public Non
Lieu de conservation : Maison de la mémoire



Patrimoine associé


Titre : Indivision de Vallon
Description : Les chartreux son présents très tôt à Bellevaux. Comme ils le font ailleurs, ils confient leurs terres aux habitants, moyennant des redevances, par le biais de contrats d'albergement. Les chartreux se réservent ainsi le domaine direct mais cèdent en indivision le domaine utile à la communauté paysanne pour une durée perpétuelle et contre loyer.
En 1426, les chartreux font de même à Vallon qu'ils confient à onze chefs de familles habitants les lieux. Le contrat d'albergement concerne un vaste territoire planté de forêts et abritant des pâturages, exploités et gérés librement par les exploitants appelés alors des « communiers ». Cela demande une grande organisation, chacun se chargeant d'une tâche en particulier.
Ce mode d'exploitation du territoire perdurera pendant tout le reste du Moyen-Âge et une bonne partie de l'époque moderne, jusqu'à l'édit d'affranchissement de 1771. Les habitants de Vallon s'affranchiront des droits seigneuriaux et deviendront alors eux-mêmes propriétaires. Ils constituent une communauté laïque appelée « les indivis de Vallon ».
Cette indivision perdure car elle existe encore aujourd'hui en tant que société privée. Elle possède un territoire de 1.000 hectares dont 700 de forêts et 300 de pâturage.

Fiche détaillée du patrimoine