10343 document(s) trouvé(s)

Nouvelle recherche Retour résultat
 

Château de la Fléchère à Saint-Jean-de-Tholome et Pointe des Brasses

Suivant »

876/10343

« Précédent Commentaire
 

Description

Carte postale en noir et blanc du château de la Fléchère (côté sud) depuis la route de Faucigny. Carte postale de la collection "LES JOLIS COINS DE SAVOIE". Légende dans la partie inférieure : "5063. SAINT-JEAN-de-THOLOME - Château de la Fléchère et la pointe des Brasses (alt. 1507 m.)". Epi de faîtage à chaque angle de la toiture à pan cassé. A gauche du bâtiment principal, une construction à bardage. Massif des Brasses à l'arrière-plan.

Période : 20ème

Témoins et/ou personnes à l'image :

Fonds documentaire : Paysalp

Visualiser le diaporama

Caractéristiques du document


Langue dominante : Français
Cadre : Commercial
Domaine : Architecture, construction - Espace, environnement

Informations supplémentaires


Type de collecte : scolaire
Collecteur : Ecole de Saint-Jean-de-Tholome
Lieu de collecte : Saint-Jean-de-Tholome
Date de collecte: 24/02/2010
Type de support : Carte postale
Libre de droit : Libre de droit signifie que le document est tombé dans le domaine public Non
Lieu de conservation : Privé



Patrimoine associé


Titre : Maison-Forte de la Fléchère
Description : On prête à la famille de La Fléchère des origines irlandaises, leur nom originel aurait en effet été «Flescher». Ils auraient rejoint le comte Pierre II de Savoie à son retour d'Angleterre et se seraient distingués par leur dévouement au Prince. Si leur résidence principale reste celle dont ils disposent au bois des Tours au-dessus de Bonneville, ils viennent également à leur maison-forte de Saint-Jean-de-Tholome.
Le 29 avril 1619, le noble François de Compois possède à Saint-Jean-de-Tholome, la maison-forte ainsi que plus de deux cent-cinquante journaux de terre. Il était devenu seigneur de La Fléchère par son mariage avec la fille héritière de Michel de La Fléchère.
La maison-forte a été reconstruite après un incendie le 23 décembre 1741 puis vendue comme bien national à la Révolution. Un certain Nicolas Mossuz, certainement fermier du seigneur de l'époque, se porta acquéreur en 1795.
La maison-forte de La Fléchère servit d'hôtel-pension jusqu'à la Première Guerre mondiale. Elle a ensuite été reconvertie en ferme.

Fiche détaillée du patrimoine